Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologique ?

Les débats sur Shy'Co sont courants ! Venez participer ! Mais on demande du sérieux, merci !

Modérateurs : SM58, Purple Sea, El Señor Toulou

Avatar du membre
Nanard
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 11230
Enregistré le : 12 nov. 2009, 23:36
Filleul(s) : Smoke-Kun, Tahamster, **
Parrain(s) : ** Super-Maskass, Silver
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : Gimp
Localisation : derrière nick if you know what i mean

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par Nanard » 22 mars 2014, 16:16

Mouais, attention avec ce genre "d'études". On a vraiment pas assez de recul historique pour vraiment juger des impacts de la télévision, mais aussi des jeux vidéo et de la technologie en général. Toutes les études se contredisent sur ces sujets, t'as encore la moitié des dites études qui en concluent que les jeux vidéo rendent dépressif et violent, l'autre moitié qui concluent au contraire que les jeux vidéo aident à développer des facultés cognitives. Je pense qu'on déplace vraiment le problème avec ce genre de recherches, on essaie de trouver un "bouc-émissaire", une source aux mauvaises notes, à l'analphabétisation, au décrochage scolaire, ce genre de choses, mais c'est extrêmement simpliste de mettre la faute dans la télé. Le monde est en constante mutation, les réalités ne sont plus les mêmes qu'il y a 100 ans et faire de la comparaison me semble complètement débile. Les jeunes, aujourd'hui, c'est pas tant que les technologies les ont rendu plus cons, c'est qu'elles ont fait en sorte qu'ils voient le monde d'une façon différente, qu'ils apprennent différemment. C'est un sujet extrêmement intéressant qui m'interpellent particulièrement parce que je me dirige dans le joli monde de l'enseignement, j'ai pu y réfléchir beaucoup ces derniers mois, et ma conclusion c'est plutôt que les méthodes d'enseignement actuelles ne sont plus adaptées aux réalités, elles sont archaïques. Et plutôt que d'essayer de trouver la faute dans ce qui est "nouveau", il vaudrait mieux la chercher dans ce qui ne l'est plus.

Par ailleurs, dans un même ordre d'idées, j'ai lu un super article dans le journal hier qui expliquait comment le marché du travail allait progressivement s'altérer avec l'arrivée de la génération Y sur le marché. Notamment que la hiérarchisation verticale allait probablement être rendue désuète, de même que les horaires fixes (les journées de 9 à 17h). Pas nécessairement parce que c'est mieux ainsi, mais parce qu'il faut que ça reflète les ambitions des jeunes, leur "vision" des choses.
Image
Mugul 76 a écrit :Je le jure wallah, sur le Coran chuis pas cisgenre
Kroki a écrit :l'inceste entre frères et sœurs why not ;)
Arpg a écrit :Je préfère sodomiser un lion, plutôt que les chimpanzés
Fynmorph a écrit :jsuis trop chaud pour faire de l'eugénisme perso
Kirby a écrit :Poyo!
Kroki a écrit :I need a man who can make me orgasm have u ever made a chick squirt?? hehe
grignotez moi le walruce


Avatar du membre
Noob Man
Paint Master
Paint Master
Messages : 4569
Enregistré le : 25 oct. 2009, 19:06
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : KolourPaint
Localisation : Dans mon plan de thèse~
Contact :

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par Noob Man » 22 mars 2014, 23:33

Mais Nanard, d'où vient le "changement" dont tu parles ? Des gens eux-mêmes, qui ont décidé que ouais non ils vont subitement ne plus réagir au monde de la même façon, ou des évolution technologiques qui ont permis ces modifications de la façon de vivre des gens ?

Le fait est que la télé, tout comme l'Internet, c'est une certaine culture du "zapping", du plaisir immédiat privilégié par rapport à l'apprentissage et à la lenteur. C'est à la fois un bien (on est peut-être plus ouverts sur les autres (encore que j'en doute, franchement)) et un mal (on a du mal à rester concentrés longtemps sur un sujet unique, et on est frustrés quand on ne parvient pas à nos fins facilement et rapidement).

Après, les causes de l'analphabétisation sont multiples. La télé est un facteur (enfin, pas l'objet en lui-même, mais les programmes diffusés et qui touchent la majorité des gens), mais il y en a d'autres.

Pour changer de sujet, Nanard, j'aimerais savoir en quoi nos méthodes d'apprentissage sont archaïques. Je te laisse ouvrir un topic pour m'expliquer. :mryellow:
Image

/人‿‿人\

Rêgle numéro 52 de Shyco - Noob Man est le mec le plus cool au monde, et est exempt de sanctions. Il est tout simplement trop cool pour ça. ~Toulou

Moi j'suis ok avec Noob Man vous êtes cons c'est tout. ~SZO


Avatar du membre
Nanard
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 11230
Enregistré le : 12 nov. 2009, 23:36
Filleul(s) : Smoke-Kun, Tahamster, **
Parrain(s) : ** Super-Maskass, Silver
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : Gimp
Localisation : derrière nick if you know what i mean

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par Nanard » 23 mars 2014, 05:10

J'ai pas du tout l'expertise pour dire hors de tout doute d'où vient le changement, mais il m'apparaît évident qu'il s'agit un peu des deux réponses et qu'à travers ça il y a tout plein de facteurs un peu random.

Si les technologies se sont développées, c'est en partie pour répondre à des réalités changeantes, ce besoin de faire tout rapidement qui ne date pas d'hier. Pour ça, on peut remonter jusqu'au développement de la "classe moyenne" j'imagine, une classe de prolétaire (qui ont besoin de se divertir de leurs emplois minables) qui a tout de même plus de moyens financiers et qui peut donc "consommer" de la culture. C'est comme ça que se sont développés les médias de masse, c'est pour la "masse" justement, la classe moyenne. Et les sources de cette classe moyenne, encore une fois je ne les connais pas très bien, mais en tout cas ce n'est pas nouveau. À ça on peut ajouter la problématique du capitalisme déjà bien âgé qui a toujours favorisé le rendement, donc la vitesse de production, c'est un peu ce qui a poussé à l'élaboration de technologies permettant toujours de maximiser le rendement, l'efficacité. Un exemple tout banal : le blu-tooth, pour pouvoir parler au téléphone tout en faisant autre chose.

C'est très complexe donc, et je n'ai aucunement la prétention d'amener une réponse définitive. Pour moi, il s'agit d'un mouvement social important qui prend ses sources dans tout plein de choses, que ce soit le capitalisme, la démocratie, la culture populaire, le prolétariat, l'individualisme, etc.

Et puis tu dis que les gens ont de la difficulté à rester concentrer longtemps sur un même truc, mais c'est pas justement la preuve que le fait même de se concentrer sur une chose unique est en voie de devenir archaïque ? Peut-être qu'un jour on deviendra des espèces de machines capables faire 12 trucs en même temps, sans jamais se concentrer, mais en ayant une espèce de lucidité globale ou je sais pas quoi, être capable de vraiment tout faire, tout apprendre, tout concevoir en quelques clics, tout ça. Imagine, on a plus de films ou de littérature, tu télécharges juste des données dans ton cerveau pour connaître instantanément. Tu vois, ce que je décris, la plupart des gens en serait effrayées, et bien que ça me fascine, moi aussi. Mais dans 100 ans, ça sera peut-être la réalité et ça sera tout aussi bien parce que ça correspondra à leur réalité, à leurs valeurs, leurs ambitions, etc. Tu peux te dire "cette personne est nulle, elle est incapable de se concentrer sur un gros cours théorique de 4h", alors que cette personne peut rétorquer "cette personne est nulle, elle est incapable de survoler 14 thèses sur internet grâce à un ingénieux système hypertextuel pour pouvoir se composer un "cours" dans sa tête bien plus complet que celui donné par le prof qui est pas foutu de synthétiser sa théorie et d'apporter des discours complémentaires" :)
Noob Man a écrit :Après, les causes de l'analphabétisation sont multiples. La télé est un facteur (enfin, pas l'objet en lui-même, mais les programmes diffusés et qui touchent la majorité des gens), mais il y en a d'autres.
Sauf que la télé n'a absolument pas la cotte chez les jeunes, elle-même est en train de devenir archaïque à cause d'internet qui permet une démocratisation totale de l'accès à l'information et à la culture. En tout cas au Québec l'analphabétisation touche surtout les 50 ans et plus, donc le problème n'est pas du tout semblable à celui de la France (que je ne connais pas).
Noob Man a écrit :Pour changer de sujet, Nanard, j'aimerais savoir en quoi nos méthodes d'apprentissage sont archaïques. Je te laisse ouvrir un topic pour m'expliquer.
J'ai pas vraiment envie d'en faire un topic, c'est beaucoup trop vaste et on manque clairement de recul tant qu'on a pas soi-même enseigné. Je vais quand même te répondre brièvement : tu vois, je suis à l'université en ce moment, en Littérature française, je vais donc parler de cette méthode d'enseignement très spécifique dans ce domaine très spécifique. Tout d'abord, le rôle même de l'enseignant est de plus en plus remis en question par l'émergence d'Internet, parce que si avant le prof était le seul vecteur d'information de l'étudiant, aujourd'hui ce n'est plus le cas. Je suis fier de dire qu'Internet est responsable d'environ 70% de ma culture, je suis très sérieux. C'est surtout dû à ma personnalité : je m'intéresse vraiment à tout, que ce soit l'art, la science, la politique, l'histoire ou la géo, alors évidemment les études ne me suffisent pas puisqu'on me demande de m'orienter dans un domaine précis. Or, il y a justement de plus en plus d'étudiants qui s'intéressent à tout, ou à plusieurs domaines, et qui vont chercher leur information un peu partout.

Bien sûr, je ne dis pas que Wikipédia c'est mieux qu'un prof d'université pour enseigner de la matière, surtout pas quand il s'agit d'un domaine pointu comme, je sais pas, la médecine. Mais moi je suis dans un domaine culturel, un domaine uniquement conceptuel, théorique, philosophique, intellectuel, sans aucune application pratique. Voici ce que j'apprends dans mes cours d'université que j'ai payé 1200$ : des faits historiques sur l'évolution de la littérature que je connais déjà, de la théorie figée et inutile sur "c'est quoi un roman" par exemple, genre aujourd'hui je vais passer trois heures à vous expliquer c'est quoi une préface, la semaine prochaine on verra ce qu'est un titre (je suis sérieux, j'ai vraiment eu un cours sur le titre de roman), et puis euh... c'est tout. À l'université où je suis, ils conçoivent la littérature comme une matière uniquement factuelle, théorique et figée. Plutôt que de nous demande d'analyser des textes, de peut-être en composer, de proposer une réflexion sur l'impact et l'importance de la littérature, on nous demande seulement de retenir des faits qui me sont accessibles via Internet. Quand je dis que le rôle d'enseignant est de plus en plus remis en question, c'est parce que le prof ne me semble pas justifier sa présence. un prof se devrait d'apporter quelque chose de plus qu'Internet ou qu'une bibliothèque bordel, ça serait la moindre des choses, mais non, mon université c'est une université archaïque, classique et attardée mentale. J'envisage sérieusement de changer d'université ^^

Mais attention, je ne crache pas sur tout le système d'éducation, au contraire. C'est juste en arrivant à l'université que j'ai pu côtoyer cette méthode d'enseignement que je considère archaïque, sinon j'ai pas à me plaindre, mes profs de cégep étaient géniaux et mes profs du secondaire remplissaient bien leur rôle de guides plutôt que celui, archaïque comme j'ai dis, de simples passeurs d'information.
Image
Mugul 76 a écrit :Je le jure wallah, sur le Coran chuis pas cisgenre
Kroki a écrit :l'inceste entre frères et sœurs why not ;)
Arpg a écrit :Je préfère sodomiser un lion, plutôt que les chimpanzés
Fynmorph a écrit :jsuis trop chaud pour faire de l'eugénisme perso
Kirby a écrit :Poyo!
Kroki a écrit :I need a man who can make me orgasm have u ever made a chick squirt?? hehe
grignotez moi le walruce


Avatar du membre
Noob Man
Paint Master
Paint Master
Messages : 4569
Enregistré le : 25 oct. 2009, 19:06
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : KolourPaint
Localisation : Dans mon plan de thèse~
Contact :

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par Noob Man » 23 mars 2014, 11:48

C'est donc bien ce que je disais : les causes de l'évolution des mentalités sont les innovations technologiques. =P Le besoin de tout faire rapidement a poussé à faire des développements qui ont entrainé les changements de mode de vie.

Sur le sujet de la concentration sur un sujet, ce que tu dis n'a aucun sens, désolé. XD On ne peut pas apprendre sans se concentrer un minimum, sans pratique réelle. On peut récupérer un vernis de connaissances, éventuellement des concepts clés parce qu'ils sont martelés, mais on n'atteint pas un haut degré de maîtrise dans un domaine sans être capable de s'y mettre sérieusement pendant quelques heures en continu, réguliérement.
La pratique est une part essentielle de l'apprentissage, et apprendre requiert de la concentration. Ce que tu dis sur "se brancher et télécharger du contenu dans son cerveau" est biologiquement absurde, parce que notre cerveau n'est pas un disque dur qui intègre naturellement des données et sait tout seul les mettre en relation. u__u' Notre cerveau est certes capable d'absorber plein de données, mais pour les utiliser il doit les mettre en relation, via des connexions synaptiques. Or, ces connexions se forment... en mettant soi-même en relation les concepts, en les utilisant, etc. Et plus on les travaille, plus ces connexions se multiplient, et décuplent leurs capacités, alors que ne pas s'en servir les fait s'étioler.
En d'autres termes, tu seras peut-être capable de télécharger toutes les connaissances sur l'algèbre dans ton cerveau, mais tu seras incapable de les utiliser, ou même de savoir quand et comment les utiliser. En gros, ce sera inutile. =P

Et, accessoirement, suivre 14 thèses en parallèle demande autant sinon plus de concentration que suivre un cours théorique, si on veut réellement intégrer les connaissances apportées par lesdites thèses. Le "zapping" dont je parlais, ce n'est pas "oh oh hier j'ai appris tous les théorèmes d'algèbre linéaire, aujourd'hui je passe aux équations aux dérivées partielles, quel zappeur je fais !", c'est plutôt "oh la la cet article est long, je l'ai commencé il y a cinq minutes et je l'ai pas encore fini, allez je vais regarder une vidéo pour m'aérer le cerveau". Et force est de constater que ça devient une tendance générale : être incapable de se concentrer sur une même tâche (et cette tâche peut être de suivre un cours comme de lire un livre ou de regarder un long film...). :/
Nanard a écrit :Sauf que la télé n'a absolument pas la cotte chez les jeunes, elle-même est en train de devenir archaïque à cause d'internet qui permet une démocratisation totale de l'accès à l'information et à la culture.
Alors là, je t'arrête de suite. x) La télé est loiiiiiin d'être archaïque, même chez les jeunes. C'est juste que dans les cercles que l'on fréquente, les gens ne la regardent pas. C'est très différent ! J'avais lu une étude assez récente qui montrait que la grande majorité des jeunes passaient autant sinon plus de temps devant la télé que sur Internet.
Et rarement pour regarder Arte. :huhu
Ensuite, Internet permet la démocratisation de la culture... Certes... Encore faut-il aller la chercher ! Et étrangement, ce ne sont pas les contenus les plus consultés. Pour beaucoup, Internet est une source de divertissement, et de récupération ponctuelle d'informations ("ah mince, c'est quoi déjà la syntaxe de cette fonction C++ ? Hop, un coup de Google, et je la retrouve ! Mais je ne vais pas lire le reste du cours qui explique les différentes fonctions qui donnent le même résultat, c'est trop chiant/long..."), pas d'accès à la culture et à la connaissance en général.

Sur l'éducation ensuite, je fous en spoil parce que off-topic omg :
[spoiler]- Sur le rôle de "l'enseignant, seul vecteur de l'information" -> C'est faux depuis très longtemps. Vois-tu, il existait des objets merveilleux que l'on appelait des livres, et qui contenaient de la connaissance, du raisonnement et du savoir. Simplement, aller lire des livres, ça demande de se déplacer, de se concentrer et d'être motivé, alors que grâce à Internet on peut faire des pauses toutes les dix minutes pour regarder une vidéo rigolote ou chatter sur facebook, le tout depuis chez soi. :mryellow: Plus sérieusement, c'est un poil hypocrite de la part d'un littéraire de dire que c'est Internet qui permet de se passer de prof. Les livres le permettent aussi, c'est juste qu'Internet demande moins d'efforts pour croire qu'on obtient de la connaissance.
- Justement, la connaissance acquise via Internet. Comme je suis un scientifique, j'ose dire que c'est du grand n'importe quoi. ^^ On peut apprendre des notions grâce à Internet, on peut trouver des exercices pour se tester, mais on le peut déjà avec les livres ! Et les livres offrent très souvent des contenus bien plus denses, variés, poussés et cohérents que tout ce qu'on peut trouver sur Internet. Et un prof aura aussi l'avantage de connaître le sujet, de savoir quels points peuvent être contractés, quels points doivent être étendus, connaître des passerelles avec d'autres sujets ("oh hey, ce résultat de topologie est équivalent à un résultat d'algèbre, ce qui va ouvrir plein de perspectives !"), ce que ne pourra jamais faire un livre ou un cours sur Internet. :/
- Ensuite, il y a le fait que généralement, le prof est une source de connaissance fiable. Sur Internet, il y a plein de sites qui proposent des cours ou autres, mais lequel est le meilleur ? Lequel a le contenu le plus correct, lequel est le plus fiable, lequel permettra d'apprendre efficacement ? Répondre à ces questions demande un temps fou, et chercher des sites fiables prend également du temps. Alors qu'un prof sera par définition fiable et correct, sinon efficace.
- Ce n'est pas parce que tes profs sont nuls que les méthodes d'enseignement deviennent archaïques. :mryellow: C'est juste que tes profs sont nuls. \o/ Moi j'apprends mieux quand le prof écrit son cours au tableau et que je dois le recopier, noter les définitions, théorèmes et démonstrations. Ne serait-ce que parce que ça m'oblige à me concentrer sur ce qui se passe, à l'intégrer et à le comprendre. :wink:
En conclusion : ne blâme pas une méthode (qui n'est visiblement pas adaptée à ton domaine d'études), blâme les incompétents qui ne savent pas enseigner (et encore, si ça se trouve leurs trois heures de cours sur le titre ont été utiles et éclairantes pour d'autres étudiants...).[/spoiler]
Image

/人‿‿人\

Rêgle numéro 52 de Shyco - Noob Man est le mec le plus cool au monde, et est exempt de sanctions. Il est tout simplement trop cool pour ça. ~Toulou

Moi j'suis ok avec Noob Man vous êtes cons c'est tout. ~SZO


Avatar du membre
Hiro Shinji
Dictateur
Dictateur
Messages : 4856
Enregistré le : 25 oct. 2009, 00:13
Logiciel 1 : Gimp

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par Hiro Shinji » 23 mars 2014, 12:24

J'appuie Noob sur l'importance des profs dans l'éducation.

On fait énormément de développement informatique dans mon école, un domaine très récurrent sur le Web. Sauf que la grosse différence, que Noob résume bien, est qu'internet est tout sauf pédagogue, se veut trop complet / inutile, et au final perd le lecteur. Pour celui qui veut vraiment apprendre en tout cas, sinon c'est génial pour retrouver une syntaxe.

Même des sites comme le site du zéro qui sont extrêmement pédagogues ont du mal à arriver à la cheville d'un mec qui regarde régulièrement ce que tu fais et corrige tes problèmes. Niveau efficacité y a rien à voir. Je vois souvent le net comme une manière de clarifier certains points complexes, des trucs que j'aurais mal compris, mais c'est grâce aux profs derrière que je fais toutes les liaisons ensuite pour la pratique et développer efficacement.

Bref, désolé du hs.


Sinon effectivement, le type le confirme dans la vidéo, même les jeunes de notre âge regarde de plus en plus la télé. Ça m'a étonné aussi, mais faut croire que comme le dit Noob, on fasse parti d'un cercle ayant abandonné la télévision.

Avatar du membre
SorbetAuPoulet
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 2229
Enregistré le : 27 oct. 2009, 08:25
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : Photofiltre
Logiciel 3 : Gimp
Localisation : Localisation:
Contact :

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par SorbetAuPoulet » 23 mars 2014, 13:29

Hiro Shinji a écrit :Sinon effectivement, le type le confirme dans la vidéo, même les jeunes de notre âge regarde de plus en plus la télé. Ça m'a étonné aussi, mais faut croire que comme le dit Noob, on fasse parti d'un cercle ayant abandonné la télévision.
Je pense que c'est surtout ceux qui sont tombé dans l'informatique/jeux-vidéo qui regarde pas la télé.
Je ne regarde jamais la télé perso (sauf le soir à l'heure de bouffer, mais je reste pas longtemps parce-que ça me gonfle).
Mais une grosse majorité de jeune regardent la télé, et leur conneries de télé réalité qui reflète pas du tout la réalité. J'en parlais avec je sais plus qui, genre les gens de ma classe prennent trop ça au sérieux et pensent que la vie c'est ça: rien branlé, avoir des thunes et des meufs.

Après tout dépend ce qu'on regarde, combien de temps, etc... Le mec qui regarde que les infos le soir pour s'informer, je pense pas que ça ait un impacte sur sa tronche.
ceci est une signature inutile, sans majuscule, ni point, mais avec des virgules

Avatar du membre
Nanard
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 11230
Enregistré le : 12 nov. 2009, 23:36
Filleul(s) : Smoke-Kun, Tahamster, **
Parrain(s) : ** Super-Maskass, Silver
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : Gimp
Localisation : derrière nick if you know what i mean

Re: Télé : Un objet indispensable ou une erreur technologiqu

Message par Nanard » 24 mars 2014, 00:49

Noob Man a écrit :Sur le sujet de la concentration sur un sujet, ce que tu dis n'a aucun sens, désolé. XD On ne peut pas apprendre sans se concentrer un minimum, sans pratique réelle. On peut récupérer un vernis de connaissances, éventuellement des concepts clés parce qu'ils sont martelés, mais on n'atteint pas un haut degré de maîtrise dans un domaine sans être capable de s'y mettre sérieusement pendant quelques heures en continu, réguliérement.
La pratique est une part essentielle de l'apprentissage, et apprendre requiert de la concentration. Ce que tu dis sur "se brancher et télécharger du contenu dans son cerveau" est biologiquement absurde, parce que notre cerveau n'est pas un disque dur qui intègre naturellement des données et sait tout seul les mettre en relation. u__u' Notre cerveau est certes capable d'absorber plein de données, mais pour les utiliser il doit les mettre en relation, via des connexions synaptiques. Or, ces connexions se forment... en mettant soi-même en relation les concepts, en les utilisant, etc. Et plus on les travaille, plus ces connexions se multiplient, et décuplent leurs capacités, alors que ne pas s'en servir les fait s'étioler.
En d'autres termes, tu seras peut-être capable de télécharger toutes les connaissances sur l'algèbre dans ton cerveau, mais tu seras incapable de les utiliser, ou même de savoir quand et comment les utiliser. En gros, ce sera inutile. =P
Je vois pas trop pourquoi tu cherches à argumenter ici, sachant que ce dont je parle fait entièrement partie du domaine de la science fiction x) Bien sûr, tout ce que tu dis est vrai, ma réflexion c'est juste : comme on éprouve de plus en plus ce besoin, justifié ou non, de tout faire rapidement, est-ce que ça poussera pas l'humanité à tendre vers le développement de telles technologies qui permettent d'apprendre instantanément ? Genre tu télécharges l'information, mais en même temps un truc fait en sorte que ton cerveau sait l'utiliser comme par instinct, comme s'il avait mémoire de savoir comment s'y prendre. Tu dis que c'est physiquement impossible, mais en fait on en sait rien, on ne sait pas ce que sera la technologie dans le futur, alors bon, pas vraiment la peine d'en débattre.
Noob Man a écrit :Alors là, je t'arrête de suite. x) La télé est loiiiiiin d'être archaïque, même chez les jeunes. C'est juste que dans les cercles que l'on fréquente, les gens ne la regardent pas. C'est très différent ! J'avais lu une étude assez récente qui montrait que la grande majorité des jeunes passaient autant sinon plus de temps devant la télé que sur Internet.
Bah tu vois, ça rejoint ce que je disais à HS, toutes les études sur le sujet se contredissent. Parce que j'ai moi-même lu une étude qui démontrait le contraire, que les jeunes délaissaient de plus en plus la télé au profit d'internet et s'informaient de mieux en mieux, ce genre de conneries. Je dis pas que mon étude est forcément meilleure, faut reconnaître que les "idéologies" de base de ce genre d'études tendent à fausser les résultats pour une raison que je ne connais pas vraiment.
Noob Man a écrit :Ensuite, Internet permet la démocratisation de la culture... Certes... Encore faut-il aller la chercher ! Et étrangement, ce ne sont pas les contenus les plus consultés. Pour beaucoup, Internet est une source de divertissement, et de récupération ponctuelle d'informations ("ah mince, c'est quoi déjà la syntaxe de cette fonction C++ ? Hop, un coup de Google, et je la retrouve ! Mais je ne vais pas lire le reste du cours qui explique les différentes fonctions qui donnent le même résultat, c'est trop chiant/long..."), pas d'accès à la culture et à la connaissance en général.
Mouais, je suis d'accord en fait. Le truc c'est que mon environnement est peut-être pas très représentatif de ce qui se fait avec Internet. Je trouve ça bien dommage que les gens ne s'informent pas mieux, mais il me semble qu'Internet est quand même le meilleur remède (sans être sans faille) à ça. Parce que tu parles de ces gens "paresseux" (le terme est mal choisi mais osef) qui ne peuvent pas se concentrer plus de 5 min sur un texte, ben Internet permet à ces gens (qui ne liraient jamais un livre) d'au moins survoler des trucs un peu moins "complets", avec des images, et de pouvoir se divertir ensuite. Donc je vois ça d'un bon oeil en fait. Internet c'est pas parfait, mais c'est surtout parce que les gens ne sont pas parfaits (mais là ça rejoint ton idée) ; mais c'est quand même mieux que sans internet où les gens qui ne veulent pas de trucs barbants n'apprennent tout simplement pas, ce qui est fort dommage.
Noob Man a écrit :- Sur le rôle de "l'enseignant, seul vecteur de l'information" -> C'est faux depuis très longtemps. Vois-tu, il existait des objets merveilleux que l'on appelait des livres, et qui contenaient de la connaissance, du raisonnement et du savoir. Simplement, aller lire des livres, ça demande de se déplacer, de se concentrer et d'être motivé, alors que grâce à Internet on peut faire des pauses toutes les dix minutes pour regarder une vidéo rigolote ou chatter sur facebook, le tout depuis chez soi. Plus sérieusement, c'est un poil hypocrite de la part d'un littéraire de dire que c'est Internet qui permet de se passer de prof. Les livres le permettent aussi, c'est juste qu'Internet demande moins d'efforts pour croire qu'on obtient de la connaissance.
Je me suis mal exprimé je crois. Bien sûr, il y a toujours eu les livres. Mais pour moi, les livres sont problématiques, ils ne sont pas efficaces comme transmetteur de savoir, pour plusieurs raisons. D'une, ils ne sont pas accessibles : toutes les bibliothèques ne possèdent pas tous les livres, et ça c'est un réel problème quand on parle d'accessibilité de l'information. Quand on vit dans un petit village perdu dans le Nord du Québec, on a pas vraiment accès à de la grande documentation, mais on a accès à Internet. Ensuite, un livre, lorsqu'il est question de documentation, ce n'est pas non plus l'idéal. Par exemple, dernièrement j'avais un travail sur une pièce de théâtre à rendre, j'ai choisi En attendant Godot et me suis loué cinq bouquins sur la pièce ou sur l'auteur. Mais je ne les ai pas tous lu, je n'en avais pas besoin, j'avais juste besoin de quelques pistes de réflexion, citations, faits historiques, etc. C'est difficile de trouver des choses précises dans un livre, il faut fouiller, et oui c'est plus long et oui c'est contraignant. La vie va à 100 à l'heure entre l'école, le boulot, le couple, les hobbies, etc, alors j'ai pas vraiment le temps de lire minutieusement 5 bouquins pour faire un travail de 6 pages. Grâce aux liens hypertextuels et à la fonction rechercher, un texte électronique est parfois vraiment plus pratique (et je confirme parce que je travaille aussi avec des textes littéraires en format électronique et la vie est tellement plus belle comme ça)
- Justement, la connaissance acquise via Internet. Comme je suis un scientifique, j'ose dire que c'est du grand n'importe quoi. ^^ On peut apprendre des notions grâce à Internet, on peut trouver des exercices pour se tester, mais on le peut déjà avec les livres ! Et les livres offrent très souvent des contenus bien plus denses, variés, poussés et cohérents que tout ce qu'on peut trouver sur Internet. Et un prof aura aussi l'avantage de connaître le sujet, de savoir quels points peuvent être contractés, quels points doivent être étendus, connaître des passerelles avec d'autres sujets ("oh hey, ce résultat de topologie est équivalent à un résultat d'algèbre, ce qui va ouvrir plein de perspectives !"), ce que ne pourra jamais faire un livre ou un cours sur Internet. :/
Tu critiques ceux qui survolent les textes mais tu fais la même chose avec les miens :) D'une, j'ai spécifié que je parlais uniquement des méthodes d'enseignement de MON université dans le domaine très précis de la littérature. J'ai spécifié que vu la grande technicité des études scientifiques (en donnant la médecine comme exemple), évidemment que les sources extérieures ne sont pas suffisantes. Noob, toi tu vois dans mon accusation d'archaïsme une accusation portée envers TOUS les profs, à TOUS les niveaux, dans TOUS les domaines. Non, mon accusation était extrêmement précise. Toi tu vois ça sous ta perspective "études scientifiques" lesquelles sont très figées (forcément, la science c'est l'étude de faits), mais moi je te parle d'un domaine absolument pas figé justement où la théorie factuelle n'a absolument pas la même importance et où devrait plutôt être favorisée la réflexion et l'analyse, donc les discours non figés.

Ensuite je suis d'accord concernant les livres qui sont plus complets qu'Internet, mais je pense qu'à long terme (très long terme ?), Internet deviendra une espèce de bibliothèque d'Alexandrie qui répertoriera TOUS les savoirs de l'humanité, l'entièreté des textes, etc (c'était d'ailleurs le fantasme d'un de mes profs de littérature haha), et donc rendra le format papier obsolète, ou du moins peu pratique.
Noob Man a écrit :- Ensuite, il y a le fait que généralement, le prof est une source de connaissance fiable. Sur Internet, il y a plein de sites qui proposent des cours ou autres, mais lequel est le meilleur ? Lequel a le contenu le plus correct, lequel est le plus fiable, lequel permettra d'apprendre efficacement ? Répondre à ces questions demande un temps fou, et chercher des sites fiables prend également du temps. Alors qu'un prof sera par définition fiable et correct, sinon efficace.
Encore une fois tu évacues complètement le fait que je parlais de mon domaine très précis. La littérature, ce n'est pas un domaine de faits, c'est un domaine de propositions théoriques, philosophiques ou réflexives qui se valent toutes plus ou moins les unes les autres. C'est donc un domaine où il n'y a aucune vérité, mis à part quand on touche à l'Histoire de la littérature. Tous les profs de littérature se contredisent, ont des préférences pour tels ou tels mouvements, certains sont des "Anciens" et ne jurent que par le classicisme et le réalisme, d'autres sont des "Modernes" qui crachent ouvertement sur Balzac en encensant Nabokov, ils ont tous une façon d'appréhender la littérature de façon différente, certains favorisent l'analyse personnelle de l'étudiant, d'autres favorisent que celui-ci aille chercher l'analyse d'académiciens du siècle dernier (ce que j'exècre), bref tu peux me dire en quoi Internet (ou les livres) est une moins bonne source d'information ? Au contraire, ce que les profs de littérature enseigne est souvent extrêmement restreint, extrêmement fermé sur les autres modes de pensée, alors qu'Internet permet une bien plus grande diversité. Un prof de poésie, par exemple, qui ne fait lire que des alexandrins du 17ème siècle alors qu'il a pour mandat d'enseigner la poésie comme un genre (et donc devrait autant se pencher sur les épopées homériques que sur la poésie contemporaine...), je n'appelle pas ça une "source sûre". Parce que pour moi, la littérature, et l'art en général, c'est surtout une question personnelle, alors la vision d'un prof vaut autant à mes yeux que celle de ma mère, parce que de toute façon j'ai la mienne (qui se nourrit cependant de la découverte des autres points de vue).
Noob Man a écrit :- Ce n'est pas parce que tes profs sont nuls que les méthodes d'enseignement deviennent archaïques. C'est juste que tes profs sont nuls. \o/ Moi j'apprends mieux quand le prof écrit son cours au tableau et que je dois le recopier, noter les définitions, théorèmes et démonstrations. Ne serait-ce que parce que ça m'oblige à me concentrer sur ce qui se passe, à l'intégrer et à le comprendre.
En conclusion : ne blâme pas une méthode (qui n'est visiblement pas adaptée à ton domaine d'études), blâme les incompétents qui ne savent pas enseigner (et encore, si ça se trouve leurs trois heures de cours sur le titre ont été utiles et éclairantes pour d'autres étudiants...).
Mais j'ai bien précisé que je parlais uniquement de mon expérience (donc de mes profs), mais surtout de mon domaine. Je n'ai jamais voulu cracher sur tout l'enseignement. Mon premier message à ce sujet était peut-être ambiguë, puisque je disais que "les méthodes actuelles sont archaïques", mais il n'y a pas qu'une seule méthode d'enseignement, et c'est ce que j'ai tenté d'expliquer lorsque tu m'as demandé de développer. Et c'est là que j'ai précisé que mes remarques ne s'appliquaient qu'à mon domaine. Parce que grosso modo, ce que je reproche, c'est qu'on tente d'enseigner la littérature comme une science figée. T'imagines un peu l'inverse ? Un prof de maths qui t'explique que certains spécialistes disent que 2+2 = 4, mais que certains modernistes trouvent cette réponse dépassée et proposent plutôt que 2+2=22, et qu'ils ont écrit un manifeste pour se justifier, et après le prof te demande ta propre perception de l'équation, te demande d'analyser le contexte socio-culturel et de développer ta propre réponse. Tu peux trouver que j'exagère, mais c'est vraiment l'impression que j'ai devant mes cours. Putain mais avoir un cours de 3h sur la matérialité du livre (donc ok on parle des différents types de papier, des différents formats, la disposition du texte, les images sur les couvertures...), tu prends des notes pour pouvoir bien faire l'examen final complètement inutile, sans jamais réfléchir par toi-même, t'as envie de te tirer une balle si t'es un littéraire (mais bon, apparemment y'a beaucoup d'étudiants de littérature qui veulent bouffer de la science et des faits et qui s'en foutent de la réflexion. Je pense que c'est ce qui distingue fondamentalement ceux qui sont dans ce domaine pour l'enseigner de ceux qui y sont pour créer).

Ah et pour repréciser ma pensée : dans tout ton post, tu n'arrêtes pas de confronter Internet au livre. J'avoue que j'ai été ambiguë, mais en fait je parlais d'Internet surtout de façon conceptuelle, pas nécessairement de l'Internet actuel. Ce qui me fascine, c'est juste les possibilités ÉNORMES qu'Internet permet, que ce soit maintenant ou dans 20 ans. Dans un monde idéal, toute l'information du monde serait sur le net, donc c'est compatible avec ma pensée. (mais oui, c'était pas clair que je parlais de façon conceptuelle, je me suis laissé emporté mdr)
Image
Mugul 76 a écrit :Je le jure wallah, sur le Coran chuis pas cisgenre
Kroki a écrit :l'inceste entre frères et sœurs why not ;)
Arpg a écrit :Je préfère sodomiser un lion, plutôt que les chimpanzés
Fynmorph a écrit :jsuis trop chaud pour faire de l'eugénisme perso
Kirby a écrit :Poyo!
Kroki a écrit :I need a man who can make me orgasm have u ever made a chick squirt?? hehe
grignotez moi le walruce


Répondre