De faire du SC une sous-BD

Les débats sur Shy'Co sont courants ! Venez participer ! Mais on demande du sérieux, merci !

Modérateurs : SM58, Purple Sea, El Señor Toulou

Avatar du membre
El Señor Toulou
Silencieux et sournois
Silencieux et sournois
Messages : 5229
Enregistré le : 22 avr. 2010, 20:16
Filleul(s) : Dr Neko
Logiciel 1 : Photofiltre
Logiciel 2 : Paint
Logiciel 3 : Gimp
Contact :

Re: La galerie du sud ouest

Message par El Señor Toulou » 14 mars 2016, 12:08

Si je devais faire "Perdus" version dessin, je pense que je ferais des strips en vue sur le côté ( contrairement à la vue aérienne actuelle), avec seulement les silhouettes des deux soldats que l'on distingue.

Avatar du membre
Moon
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 7563
Enregistré le : 01 nov. 2009, 00:08

Re: La galerie du sud ouest

Message par Moon » 14 mars 2016, 12:24

Kroki : sauf que ce que tu dis est très ambivalent.
Tu dis que le SC se suffit à lui même et que c'est pas un sous genre alors que depuis des années, tous les auteurs ont du utiliser des artifices venant d'autres médias pour paliers aux carences du sprite comic.

On a pas besoin de faire des comparaisons avec les comics/mangas ou autre car on emprunte de toute façon tant de ressources/d'astuces, propres à ces médias et ce, depuis longtemps.
Suffit de voir tous les Scs hybrides qui utilisent des photos, des dessins (même si certains les appellent "sprites", ça reste des dessins), du pixelart, de la simple retouche photoshop ou autre.

Le sprite comics est devenu quasiment à part entière un art hybride entre pleins d'arts existants pour subsister justement car on en a vu à peu près toutes ses limites, il n'y a pas/plus de vrais codes définissant le sprite comics aujourd'hui et les comparaisons avec des médias plus importants comme la bd sont vites inévitables.
Des SCs purs, utilisant que des ressources provenant de jeux vidéos, il y en a de moins en moins, on fait toujours des retouches, on y ajoute moult effets, .. (évidemment je ne compte pas le minimum requis des logiciels pour faire les bulles/textes).
Le dessin, lui n'a pas besoin de ça, il se suffit à lui même et pour moi c'est ce qui fait que le SC est un sous genre.

Donc à partir de là, bah oui, on peut comparer les médias.
Tu as ta vision du SC qui se respecte (mais qui n'a pas toujours été en adéquation avec ce que tu dis présentement car tu as déjà utilisé des dessins, utilisé des mises en scènes de "comics", ..) mais beaucoup ici utilisent le SC car tout simplement, ils ne savent pas dessiner, n'ont pas le temps et ne peuvent pas produire de bd digne de ce nom.
Pour ma part, j'aurais adoré faire une œuvre totalement pixelcomics (et non sprite comics) car ça a un charme fou, mais d'une part, il faudrait que je trouve une histoire s'adaptant à ce format (et non l'inverse, ou en tout cas, pas totalement), et d'autre part, il faudrait que j'accepte qu'une bd aurait pu très bien le faire aussi (c'est juste un parti prit graphique qui ne conviendra pas à tous).
Et si je peux aisément imaginer tous les SCs sur ce forum en bd, l'inverse n'est absolument pas vrai.


Bref, désolé Toulou de ce HS monstrueux, des bisous partout et je te promet que je lirais Perdus et ta saga IWB pour me faire pardonner :tongue:
Image


Avatar du membre
El Señor Toulou
Silencieux et sournois
Silencieux et sournois
Messages : 5229
Enregistré le : 22 avr. 2010, 20:16
Filleul(s) : Dr Neko
Logiciel 1 : Photofiltre
Logiciel 2 : Paint
Logiciel 3 : Gimp
Contact :

Re: La galerie du sud ouest

Message par El Señor Toulou » 14 mars 2016, 12:30

Limonde : Ben tiens c'est le débat le plus intéressant sur le sprite comic qu'il y ait eu depuis très longtemps, je vais pas m'en plaindre ! Mais si ça gêne vous pouvez créer un topic dans les Débats.
Mais j'accepte les bisous quand même :3

Avatar du membre
Kroki
Mange du riz
Mange du riz
Messages : 9572
Enregistré le : 27 oct. 2009, 10:19
Logiciel 1 : Gimp

Re: La galerie du sud ouest

Message par Kroki » 14 mars 2016, 12:37

Parce que pour toi le SC c'est des composants, pour moi c'est une narration.
Tu parles de format, aujourd'hui c'est ça qui à mon sens caractérise le SC, bien mieux que sa charte technique (du pixel art de jeux vidéos d'après ta définition).
Comme le manga se caractérise bien mieux par sa narration que par son style de dessin, parce que si ce dernier change d'un auteur à l'autre, les canons de narration japs sont très culturels (idem pour l'humour). (Même si ce qui caractérise le manga c'est uniquement que c'est de la BD japonaise et tout le reste est de l'abus de langage)

Avatar du membre
Moon
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 7563
Enregistré le : 01 nov. 2009, 00:08

Re: La galerie du sud ouest

Message par Moon » 14 mars 2016, 13:06

Ok c'est cool Toulou :3

Kroki : Parce que tu trouves qu'il y a sérieusement un schéma narratif dans un SC identique ou similaire entre les auteurs ?
Sérieux, il suffit de voir nos divergences d'opinion sur beaucoup de sujets pour voir qu'il n'y a pas de règles de narration dans le SC (je me souviens qu'on avait eu un débat sur la longueur des pages, entre ceux qui prônaient une taille unique et ceux étant plus pour des longueurs ajustables à la situation), je ne vois pas de schéma commun entre un Legend ou Après.

De même dans le manga, je suis étonné de ce que tu racontes étant donné ta culture dans le domaine mais pour moi, les mangas peuvent très bien sentir des chemins battus en dehors du shonen de base, du shojo girly power et j'ai déjà lu des très bonne surprises en la matière.
Pour moi, un UbelBlatt aurait très bien pu paraitre en format comics dans la catégorie Darkfantasy, une série télé FullMetal Alchemist aurait très bien pu naitre et les gens auraient je pense associé d'avantage à une aventure fantastique occidentale qu'à un manga. A l'inverse, il y a effectivement des canons dans la bd franco-belges avec des règles plus ou moins sectaires, mais je lis fréquemment des bd qui sortent justement de l'ordinaire et qui se présentent différemment.

Je pense que tu es biaisé sur la question car d'autant plus sur la narration, je ne retrouve pas les codes que tu sembles décrire et à moins que tu ne me montre des exemples concrets de séries de SCs qui ne peuvent être portés dans un autre média (bd traditionnelle, turbomedia, film, ..) je ne comprends pas ton argumentation.

Ah et juste pour rebondir sur un truc mes definitions de sprite comics et pixel comics :

- Un sprite comics est une bd uniquement assemblée de sprites (à savoir des éléments de jeux vidéos). Ceux ci peuvent être pixelisés (un SC sur l'univers d'Undertale par exemple) ou non (un SC sur Phoenix Wright par exemple).
- Un pixel Comics est une bd composée uniquement de pixel à la façon de jeux vidéos retros et ne provenant pas de jeux vidéos (c'est que du pixel art même si ça peut être inspiré de sprites de jeux vidéo).
Image


Avatar du membre
Kroki
Mange du riz
Mange du riz
Messages : 9572
Enregistré le : 27 oct. 2009, 10:19
Logiciel 1 : Gimp

Re: La galerie du sud ouest

Message par Kroki » 14 mars 2016, 13:30

Une narration oui : une façon de découper une histoire, de sélectionner les moments, de faire des transitions, de faire l’ellipse... La narration séquentielle.
C'est là qu'on retrouve une différence intéressante entre les BD américaines, franco-belges et japonaises, et si les codes graphiques se mélangent depuis des années, l'apparition d'une narration plus japonaise dans les BD franco-belges par exemple est beaucoup plus récentes.

C'est pas une histoire de format de bouquin, mais de flot. Et le SC a souvent un flot particulier. Lorsque un SC et un manga racontent la même histoire, le premier utilisera plusieurs dizaines de cases quand le second en utilisera des centaines/milliers.
Ce n'est pas le cas par exemple de deux de mes SC : Tora Uma et Chasseur de Sorcière qui emploient à peu près totalement une narration typée manga. Certains SC de gags comme Fred & Roger emploient une narration tout à fait typée franco-belge.
Je te conseille les bouquins de Scott Mc Cloud sur la BD dans lesquels il apporte quelques éléments intéressants sur la narration séquentielle, et la façon dont elle s'est développée dans les 3 principaux foyers de la BD. Il en cherche pas forcément les raisons, et celles là découlent à mon sens complètement de la culture et du format économique dans lequel se sont développés les médias respectifs de ces zones.
Tout ça pour dire que la narration c'est pas le nombre de cases par pages où la longueur d'une série, c'est plutôt de l'ordre de ce qui se passe entre les cases. Et c'est pour moi à ce niveau là que le SC a développé son propre langage, un langage souvent bien différent de ce qu'on fait quand on storyboarde une BD. Et c'est ce langage qui est commun entre Legend et Après.
(Et ce langage a pas mal de points communs avec le médium webcomic !)

Avatar du membre
Moon
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 7563
Enregistré le : 01 nov. 2009, 00:08

Re: La galerie du sud ouest

Message par Moon » 14 mars 2016, 13:40

Mais même si je comprends ton argumentation, malheureusement, je trouve que non seulement, tu ne contredis pas ce que je dis mais qu'en plus tu mets de l'eau dans mon moulin.

Encore une fois, je ne parlais pas que de longueur de case mais effectivement, on a plein de manière de représenter le flow dans le SC.
Et même entre chaque auteur, suivant nos séries, on représente un rythme très différent.
Effectivement, il y a plein de manières de raconter une histoire et je reconnais bien volontiers des standards dans les vieux comics, les vieilles bd franco-belges ou les mangas (mais qui est de moins en moins vrai de nos jours dû à l'ouverture de ces médias au monde) mais le SC qui est pour moi, devenu un art hybride (voir même l'est par nature), il n'y a rien qui le caractérise et encore moins dans le domaine de la narration.
Si je rebondis sur mes propres SCs, j'ai construit Legend sur un schéma très franco-belge, Les champignons des ténèbres plutôt shonen (et si je l'avais storyboardé en bd, j'aurais pas grandement changé les choses), ...

Même dans le SC de Toulou, de son propre aveu, on aurait pu facilement lui faire une belle narration en dessin (et je trouve son idée très pertinente d'ailleurs).

Je sais que tu veux à tout prix défendre ton média de prédilection, et tu es très doué dedans d'ailleurs, mais tu te défends contre des moulins à vent à vouloir à tout prix lui donner des lettres de noblesses qu'il n'a pas.
Image


Avatar du membre
Kroki
Mange du riz
Mange du riz
Messages : 9572
Enregistré le : 27 oct. 2009, 10:19
Logiciel 1 : Gimp

Re: La galerie du sud ouest

Message par Kroki » 14 mars 2016, 13:41

Non je pense que tu as tort.

Avatar du membre
Moon
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 7563
Enregistré le : 01 nov. 2009, 00:08

Re: La galerie du sud ouest

Message par Moon » 14 mars 2016, 13:42

Bah prouve le moi alors.
Crée moi un vrai SC, intransposable dans un autre média et je serais le premier à te dire que tu as raison ;)
Image


Avatar du membre
MandRy5
Timide
Timide
Messages : 45
Enregistré le : 17 févr. 2016, 21:43
Logiciel 1 : Photoshop
Localisation : Picardy circus

Re: La galerie du sud ouest

Message par MandRy5 » 14 mars 2016, 14:51

Perso j'ai une vision beaucoup plus basique des choses : un SC c'est une BD faite majoritairement avec des sprites.
Après c'est comme toutes les recettes : tu la personnalises à ta façon, en fonction de l'histoire, du rendu souhaité, de tes influences, du contenu que tu trouves ou pas...

On fait pas forcément du SC parce qu'on ne sait pas dessiner. J'ai fait de la BD tradi pendant plusieurs années, je pense savoir dessiner, mais s'il est évident que dans l'absolu tu peux tout faire en dessin en réalité c'est un peu plus compliqué.

Déjà tu as tes propres limites techniques, compliquées à repousser, qui te brident d'une façon ou d'une autre : tout n'est pas simple à représenter, loin de là. Et puis c'est long : la recherche, le crayonné, le line, la colo : autant d'étapes qui se cumulent.
Ensuite il y a le style : au départ tu tatônnes, mais à la longue tu t'affirmes dans un style qui te correspond et que tu auras bien du mal à quitter, te fermant du coup plein de portes, de genres, d'univers...

Pour ma part si je fais du SC aujourd'hui c'est pour le côté caméléon du média (ou medium ?) : tu as envie d'une histoire dans un univers SF, fantasy, western, tu veux faire rire ou être dramatique, no problemo ; il faut juste trouver le bon contenu. Après comme je l'ai écrit plus haut tu adaptes la recette pour que ça reste sympa à lire et c'est gagné.

Après je bosse à 200% à l'instinct et je suis loin d'avoir vos connaissances théoriques des différents mediums (ou médias :grin: ) mais c'est bien ça qui m'attire dans le SC, en plus de ce rendu graphique retro que je kiffe.

Sûrement que tout ce que je crées serait mieux en dessin, et encore plus en film réalisé par Spielberg, mais je ne crois pas que ce soit la question essentielle... Tant que le media/medium est adapté à l'histoire qu'il sert, l'auteur est dans le vrai.

Avatar du membre
Noob Man
Paint Master
Paint Master
Messages : 4569
Enregistré le : 25 oct. 2009, 19:06
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : KolourPaint
Localisation : Dans mon plan de thèse~
Contact :

Re: La galerie du sud ouest

Message par Noob Man » 14 mars 2016, 15:06

Moon a écrit :Crée moi un vrai SC, intransposable dans un autre média et je serais le premier à te dire que tu as raison ;)
Ben perso je trouve que des SC comme Super Mario Bros 3 ou Absurdity perdraient pas mal en étant transposés à un autre support (sauf de l'animation de sprites). Une partie importante du fait que ces SC fonctionnent est leur utilisation des codes graphiques et des univers qu'ils utilisent, ce qui serait forcément perdu par le dessin. C'est pareil avec Medium Man ou même Pinoche.
Je ne dis pas que ce ne serait pas faisable, mais je pense que ce ne serait pas la même œuvre. À l'inverse, certains SC pourraient être facilement transposés en BD sans aucun souci, quoique dans des styles différents (Les Champignons en manga, The Setup en comic, Après en franco-belge par exemple).
Par contre, je pense aussi que la plupart des BD sont transposables en SC, à condition d'avoir du temps. Vous deux (Kroki&Moon) et d'autres avez prouvé qu'on peut s'affranchir dans une mesure assez large des limitations graphiques imposées par les sprites et décors (via l'édition, l'utilisation de photos/concept arts comme décors, etc). Le cachet serait différent, évidemment, mais je ne vois pas de BD qui ne soit pas transposable en SC de la même façon qu'un SC serait transposable en BD (c'est à dire en repensant le découpage, la narration, les effets, etc)... On aurait des pertes sur certaines œuvres qui sont très marquées (genre One Piece et sa foultitude de personnages, d'environnements et de pouvoirs), mais bon, c'est normal en transposant d'un genre à l'autre.

Donc je trouve votre discussion stérile. Le SC est un sous-genre des arts narratifs picturaux (que je résume sous le nom "BD" et comprend la BD franco-belge, le manga, le comic, le webcomic, le pixel comic, le roman graphique, le hoax, etc...), qui a énormément évolué depuis sa création et a beaucoup de styles différents. Même si c'est plus limitatif que le dessin, c'est aussi beaucoup plus abordable, et finalement on peut aujourd'hui faire énormément de choses assez poussées avec (même si c'est pas simple et perfectible).
Comme dans chaque sous-genre, il y a beaucoup de styles, de méthodes de conception et de façons d'organiser sa narration différents. C'est ce que je trouve le plus intéressant : qu'avec une communauté assez réduite en nombre et des sources limitées (bien que très nombreuses), chaque auteur ait vraiment son style personnel, sa façon de raconter des histoires et de les mettre en scène.

Mais vraiment, le "débat" qui consiste à se demander si une BD peut forcément être transformée en SC et inversement est absurde. Si personne ne savait dessiner mais qu'il existait des outils de modélisation 3D permettant de créer des décors 2D depuis des points de vue et avec des perspectives variés, ben on ne ferait pas de BD mais du SC avec. Des auteurs de SC ont suffisamment prouvé qu'on pouvait s'affranchir de beaucoup de limitations techniques liées au medium, peut-être les technologies évolueront-elles pour nous faciliter encore la tâche, gommant encore plus les frontières entre BD "classique" et SC, jusqu'à ce que finalement il y ait des œuvres hybrides (le plus gros souci bien sûr ce sera la propriété intellectuelle mais bon on peut rêver) (d'ailleurs y a déjà des éléments pixelisés dans Scott Pilgrim par exemple). C'est normal que le SC soit assez peu développé (et encore, moi je trouve qu'on fait des trucs variés et impressionnants !), ça n'a qu'une quinzaine d'années !

Bref, tl;dr : le SC c'est un sous-genre de la BD avec ses spécificités (souvent dues aux limitations/possibilités techniques), mais ce n'est pas fondamentalement différent/moins bien/mieux que d'autres genres de BD.

ÀMHA bien sûr.
Nanard a écrit :Il existe des pièces de théâtre SANS ACTEUR et SANS DÉCOR, j'ai vu un film qui n'était constitué que d'un gros plan sur un visage d'un mec qui monologue, il y a des romans sans personnages et sans intrigue, des tableaux peints en blancs, etc.
Je trouve certains de tes exemples assez mauvais justement. Le film avec un gros plan et un monologue, je ne considère pas ça comme du cinéma. Un roman sans intrigue, pareil, comment le qualifier de roman ?
Il faut savoir briser les codes, mais faire du cinéma sans mouvement, ou un roman sans récit, ben ce n'est pas briser les codes. C'est sortir du genre. :mrgreen:

EDIT : Assez d'accord avec ton mot de la fin, MandRy. Au final, ce qui importe le plus, c'est qu'on crée ce qui nous plait. Qu'on l'exprime en dessin, en SC, en danse contemporaine ou en origami, peu importe, tant que le médium permet de le représenter comme on le souhaite... 'perso je pense que tout peut potentiellement se transposer dans tout genre (littérature, narratif pictural, narratif animé, etc...), mais ça n'aura pas le même cachet, la même narration, le même découpage, bref ce sera fondamentalement différent, tout en racontant la même histoire et en exprimant les mêmes choses.
Par exemple, je pense qu'en ayant suffisamment de temps et de ressources graphiques, il serait possible d'adapter des œuvres aussi diverses que Inception, Corto Maltese ou Germinal en SC, en respectant leurs scénarii, ambiance et sens. Les narrations et techniques seraient différentes, et on pourrait explorer d'autres choses, mais ce serait possible.
Au final on en revient presque à un débat "peut-on tout adapter d'un genre à un autre ?", et je pense que oui (sauf quelques exceptions, on est en France quand même !). Par contre, il faut penser l'adaptation selon le médium de départ et le médium d'arrivée, pour respecter leurs spécificités. ^^
Image

/人‿‿人\

Rêgle numéro 52 de Shyco - Noob Man est le mec le plus cool au monde, et est exempt de sanctions. Il est tout simplement trop cool pour ça. ~Toulou

Moi j'suis ok avec Noob Man vous êtes cons c'est tout. ~SZO


Avatar du membre
Moon
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 7563
Enregistré le : 01 nov. 2009, 00:08

Re: La galerie du sud ouest

Message par Moon » 14 mars 2016, 15:37

MandRy5 a écrit : Sûrement que tout ce que je crées serait mieux en dessin, et encore plus en film réalisé par Spielberg, mais je ne crois pas que ce soit la question essentielle... Tant que le media/medium est adapté à l'histoire qu'il sert, l'auteur est dans le vrai.
Ah mais ça, c'est ce que j'ai toujours dis. je me suis amusé un temps à faire des SCs et je prends toujours plaisir à en lire.
Mon argumentation, la seule et unique, c'est que le SC (le vrai, encore une fois, sans utiliser les artifices, auxquels j'ai rien contre, si c'est pour aider une narration que tu peux pas faire sans) est beaucoup plus limité que le dessin.

Et là où je ne rejoins pas Nooby (sorry Bro' ;-;), c'est que je ne pense pas qu'on perdrait tant que ça en transposant un SC dans le bon style en BD.
Après ça reste un choix graphique de l'auteur et en soit, ça ne se discute pas (trop), ce serait comme critiquer Sin City d'être en noir et blanc. Une oeuvre est comme son auteur l'imagine et je suis bien d'accord avec ça.
Encore une fois, mon argumentation ne discute pas un choix graphique (si tant est que c'est vraiment ce qu'imaginait l'auteur et que ce n'était pas par dépis de ne pouvoir faire mieux avec un autre média, ce qui rejoins mon opinion de sous media), il critique un sous genre dans son ensemble qui est très facile d'accès mais qui est, selon moi très limité (même si on arrive à s'affranchir à un certain degré de ces limitations en piochant dans des autres medias).

Voilà, c'est juste ça, ok je suis pour que chacun s'amuse et expose son histoire mais même en y passant le plus clair de son temps et faire du pixelart, même en y consacrant un temps fou (qui est différent du SC, je le rappelle et du coup on arrive à un truc encore plus complexe qu'un dessin ou un film à faire, ce que je n'ai pas lu/vu une seule fois de toute façon en des années sur Shyco et ailleurs) ne permet pas de retranscrire ce qu'un dessin peut accomplir.

Et si on prend les possibilités offertes par le genre et même en utilisant de subterfuges comme je l'ai fait ou d'autres, ça reste bien plus limité que ce que je peux faire en dessin et c'est ce qui en fait pour moi un "sous media" (mais c'est pas forcément péjoratif, c'est juste un constat).
Encore une fois, j'aurais adoré faire un full pixel comics mais avec une histoire qui s'y prête justement (mais en le redisant pour éviter les malentendus, manque de temps, manque de talents, ...) mais c'est plus limité que ce que je pourrais faire avec une bd (mais en ré-insistant sur le fait que je suis un mauvais exemple, manque de temps, manque de talent, ... :p)

Mandry, toi qui dessine devrait le comprendre d'autant plus justement.
Comme tu dis, le dessin peut être très long si on a pas les facilités pour ça (ce qui est mon cas, je suis obligé de passer 3 fois plus de temps sur un dessin pour arriver qu'au quart du resultat de certains), et le SC permet d'exprimer son art plus facilement, et c'est justement pour ça que je me suis retourné vers le SC à la base (et je pense que c'est le cas de la grosse majorité du forum).
Image


Avatar du membre
Kroki
Mange du riz
Mange du riz
Messages : 9572
Enregistré le : 27 oct. 2009, 10:19
Logiciel 1 : Gimp

Re: La galerie du sud ouest

Message par Kroki » 14 mars 2016, 15:42

J'aime 100% ta vision Noob.
Btw Moon, je posterai une BD 45 pages d'ici deux-trois mois.

Du coup je suis curieux de voir ce que t'en penses toi-même Toulou ?

Avatar du membre
Nanard
Accro du clavier
Accro du clavier
Messages : 11274
Enregistré le : 12 nov. 2009, 23:36
Filleul(s) : Smoke-Kun, Tahamster, **
Parrain(s) : ** Super-Maskass, Silver
Logiciel 1 : Paint
Logiciel 2 : Gimp
Localisation : derrière nick if you know what i mean

Re: La galerie du sud ouest

Message par Nanard » 14 mars 2016, 15:42

Kroki :
[spoiler]
Kroki a écrit :C'est surtout complètement hors de propos ce que tu dis, et tes exemples parlent d'eux même.
En quoi c'est hors de propos ? Et toi t'es pas hors de propos quand tu dis qu'un SC a autant à voir avec une BD qu'un roman et un film ? Sérieusement ?
Kroki a écrit :C'est là qu'on retrouve une différence intéressante entre les BD américaines, franco-belges et japonaises, et si les codes graphiques se mélangent depuis des années, l'apparition d'une narration plus japonaise dans les BD franco-belges par exemple est beaucoup plus récentes.
Et c'est là que tu démolis complètement ton argumentaire mdr

Que tu le veuilles ou non, la BD franco-belge, le comics et le manga, C'EST LA MÊME CHOSE. C'est de la BD.

La BD est un médium, et ce médium évolue différemment selon les cultures, il adopte des codes différents selon ses origines. Sauf que ça reste de la BD. La BD franco-belge s'inspire traditionnellement de la mise en scène du théâtre, tandis que le manga s'inspire traditionnellement du cinéma (et le comics s'inspire du manga depuis Frank Miller). Tu peux cloisonner autant que tu veux, ça ne changera absolument rien au fait que la BD ça va beaucoup plus loin que les codes culturels. Tu cites McCloud, mais JUSTEMENT, tu sors un ouvrage THÉORIQUE qui traite de CODES. Mais l'art ce n'est pas que des codes mec. Si on pouvait délimiter des codes universels, ça se saurait, mais... c'est pas le cas.

Regarde la théorie littéraire que je t'ai sorti pour Kronard et Naki. Le schéma narratif, le schéma actantiel, l'humour, etc. Même dans le ROMAN ça ne s'applique pas toujours (et même quasiment jamais si tu t'intéresses moindrement à autre chose que les canons romanesques du 19ème siècle et à la paralittérature). T'as l'air de voir que la pointe de l'iceberg, je trouve ça dingue pour quelqu'un qui se targue de connaître son média de n'être capable de définir son art que par un ensemble de codes qui sont là par USAGE et non par une quelconque imposition strictement formelle.

Perso j'aurais pu faire des SC plus éclatés, je ne l'ai pas fait parce que je sais que ça rebuterait beaucoup de gens et que je ne vais pas perdre mon temps à faire des trucs que personne ne lira.

Sinon tu peux en dire ce que tu voudras, ma mise en scène est volontairement cinématographique (notamment l'usage de plans débullés dans ma dernière planche de PtP, tout Degenesis, même Le garçon qui allait acheter du lait que j'ai pensé comme un plan séquence en travelling latéral et qui aurait bien mieux fonctionné ainsi parce que les cases coupent le rythme). Bien sûr, j'emprunte aussi à la BD lorsque je joue sur les bulles et les onomatopées, mais je ne suis pas un grand lecteur de BD et donc ce n'est pas ma première source d'inspiration. D'ailleurs même en tant que romancier j'ai une écriture très cinématographique, parce que ouais, même ça c'est possible.

Au final j'ai l'impression que c'est toi qui dénigre le SC et la BD en les réduisant de la sorte à un ensemble de codes ridicules, en affirmant autant leurs limitations narratives. Écoute, loin de moi l'idée de me poser en grand connaisseur de l'art, mais comme je fais mes études universitaires dans le domaine et que je serai amené à enseigner ces choses, je peux te dire qu'en littérature, la notion de genre est complètement archaïque. Dans mes cours, ce que j'apprends, c'est qu'il n'y a plus de barrière étanche entre le roman, la poésie, le théâtre et l'essai. Parce que ce qui se fait actuellement ne respecte aucun code. Tu vas au théâtre des fois ? J'imagine que tu serais du genre à dire "c'est pas du théâtre" parce que ça ne respecte pas les vieux codes merdiques du 17ème... Parce que ça ressemble trop à de la simple déclamation de poèmes, parce que ça ressemble trop à de la simple lecture orale de roman, que sais-je encore. Mais c'est du théâtre. Un théâtre hybride (comme tout ce qui se fait actuellement).

La grande particularité de la BD c'est que c'est un art populaire... et ça, vois-tu, ça change tout... En littérature et au cinéma, les oeuvres populaires respectent les codes. Putain, tu peux analyser Star Wars juste avec Aristote quoi. Mais il y aussi tout un pan de la production qui est beaucoup plus expérimental. Je ne lis pas assez de BD pour te dire si ça a un équivalent dans ce médium, mais une chose est sûre, c'est que c'est possible. La BD n'a aucune putain de limitation narrative, tu peux littéralement faire ce que tu veux, et si tu t'appuies sur "ce qui se fait" pour déterminer ce qu'est la BD (même plutôt "ce que j'ai lu"), pas étonnant que ton argumentaire soit autant réducteur. Tu peux littéralement faire la même chose que Perdus en BD. Tu pourrais carrément dessiner chaque petit pixel pour coller à 100% au SC. Et tu sais quoi ? Ça serait quand même de la BD, et une très bonne BD. C'est pas aux codes de déterminer ce qui peut se faire ou non, c'est aux auteurs, et ce sont les auteurs qui créent ces codes, par l'usage, ou qui les brisent.[/spoiler]

Noob :

[spoiler]
Je trouve certains de tes exemples assez mauvais justement. Le film avec un gros plan et un monologue, je ne considère pas ça comme du cinéma. Un roman sans intrigue, pareil, comment le qualifier de roman ?
Il faut savoir briser les codes, mais faire du cinéma sans mouvement, ou un roman sans récit, ben ce n'est pas briser les codes. C'est sortir du genre. :mrgreen:
Donc Sarraute, Robbe-Grillet, Pérec, ils ne font pas des romans ? Et encore je te nomme les trois têtes de file, mais je peux te sortir des tonnes de machins plus récents encore que tu ne connais sûrement pas.

Ça n'existe plus vraiment les genres en littérature, come on. Les codes non plus. Sinon on est un peu dans la merde, ça veut dire que, nom de dieu, le théâtre n'existe plus ??? Comment ça s'appelle alors, de l'anti-théâtre ? (oh tiens c'est marrant, c'est ce que fait Beckett, pourtant considéré comme l'un des plus grands dramaturges)

Tu peux ne pas considérer ça comme du roman, du cinéma, whatever, mais c'en est que tu le veuilles (et que je le veuilles) ou non. Quand j'ai vu Carré blanc sur fond blanc pour la première fois, je me suis dit que ce n'était pas de l'art, pas de la peinture, mais c'est un jugement fondé sur des codes complètement arbitraires, sur des idées reçues. La notion de genre n'est enseignée dans les université que pour appréhender les oeuvres du passé, aujourd'hui on utilise ces termes avec parcimonie parce qu'ils sont imprécis et mensongers. On sait pas trop si Sarah Kane est une dramaturge ou une poète, dans les faits sans doute qu'elle fait de la poésie sur scène, mais alors on appelle ça comment ? Même chose, le type qui filme sa gueule, il le fait avec une caméra, il utilise le son, et il projette ça dans une salle, comment on appelle ça si c'est pas du cinéma ? Est-ce qu'il a pas suffit à Duchamp de foutre son urinoir dans un musée pour qu'on considère ça comme de l'art ?

Les genres ont été inventés pour "classer" des choses qui, de base, n'ont pas besoin d'être classées. Ils étaient surtout là pour imposer des contraintes formelles à la poésie et au théâtre, contraintes qui aujourd'hui n'existent plus. Plus personne ne fait de poésie rimée, plus personne, est-ce que ça veut dire que la poésie n'existe plus ? Comment faire la différence entre un roman et un poème-fleuve en prose ? Parfois la limite est vraiment pas évidente. L'Énigme du Retour de Dany Laferrière est un super exemple. C'est un roman, ça raconte une histoire, mais en même temps c'est aussi un essai réflexif sur la question de l'identité, sur la société haïtienne, et aussi un long poème en prose où le symbolisme et le lyrisme sont souvent plus importants que le sens. Il n'y a pas à proprement parler d'intrigue, puisque c'est autobiographique et que l'auteur raconte (un peu) son retour à Haïti, mais il y a parfois des personnages. Je ne sais même plus s'il y a des dialogues, ils doivent être rapportés indirectement.

BREF aujourd'hui l'art est complètement hybride et parler de genre ne fonctionne qu'avec l'art populaire. Au cinéma, c'est Hollywood qui fait dans le genresque. Quentin Dupieux a même appelé un de ses films "Non-film", faut le faire.[/spoiler]
Modifié en dernier par Nanard le 14 mars 2016, 16:07, modifié 2 fois.
Image
Mugul 76 a écrit :Je le jure wallah, sur le Coran chuis pas cisgenre
Kroki a écrit :l'inceste entre frères et sœurs why not ;)
Arpg a écrit :Je préfère sodomiser un lion, plutôt que les chimpanzés
Fynmorph a écrit :jsuis trop chaud pour faire de l'eugénisme perso
Kirby a écrit :Poyo!
Kroki a écrit :I need a man who can make me orgasm have u ever made a chick squirt?? hehe
grignotez moi le walruce


Répondre